Actualités

23 heures de conduite non-stop - l'altitude de 3 364 mètres fait souffrir l'équipe

Le tracteur MF 5610 se frayant un chemin dans les montagnes.

(28 novembre 2014, Antarctique) Jour 7 : Dans leur quête pour le pôle Sud, le tracteur et l'équipage Antarctica2 ont enfin été en mesure de rouler pleinement avec jusqu'à 23 heures de conduite non-stop.

Conduisant durant de longs et fatigants quarts, l'équipe a parcouru un peu plus de 167 km hier avant d'entrer dans une zone de neige molle qui a rendu les derniers 10-20 km extrêmement lents. Terminant la journée à une altitude de 3 364 m et après avoir grimpé assez rapidement depuis le niveau de la mer, les membres de l'équipage souffrent de mauvais maux de tête causés par l'altitude. En raison de l'absence de la pression atmosphérique ici, les effets de l'altitude sont amplifiés et pour l'équipe se ressentent physiquement comme à plus de 4 000 m. Ceci ajoute simplement une autre couche de difficulté à des journées très épuisantes.

Les conditions du sol beaucoup plus mou avec des zones de neige profonde sont un contraste frappant avec les sastrugis des jours précédents. Dans ces conditions, une grande attention au volant est essentielle. À un moment vers la fin d'un épuisant quart de 15 heures pour Nicolas Bachelet, le tracteur s'est enfoncé jusqu'au ventre et a dû être treuillé. Manon Ossevoort a passé la dernière partie de son quart à se frayer un chemin dans la neige profonde. Tous les 100 mètres environ, le tracteur entrait dans une zone molle et a dû faire marche arrière et avant à plusieurs reprises pour se dégager.

Telles étaient les difficultés de la journée, toute l'équipe est tombée de sommeil, laissant le soin à la guide de l'expédition Matty McNair d'envoyer le rapport de la journée à la base. Antarctica2 pousse l'homme et la machine à leurs limites.

www.AntarcticaTwo.com

#BELIEVEINIT